mercredi 29 juillet 2015

Le Conseil Economique, Social et Environnemental est un machin qui ne sert à rien ! Supprimons-le !

233 membres nommés pour 5 ans (à 3500€/mois), 72 personnalités associées, 140 fonctionnaires (avec 54 jours de congés payés) se partagent un budget de 40 millions € pour donner un avis sur certaines lois et sur certains travaux de l’Assemblée nationale.
Pour quels résultats ?
Saisie moins de 5 fois par le gouvernement en 2013, le CESE produit 20 rapports ou avis par an soit une moyenne de 2 millions € le rapport !
La solution paraît évidente !

Institutions: Il faut supprimer le Sénat !

Le Sénat est la deuxième chambre de notre processus législatif. A quoi sert-il ?

Le Sénat joue le rôle de « refroidissement » du processus législatif. Mais l’Assemblée nationale n’est pas un cheval fou, le travail en commissions assure ce rôle modérateur. De toute façon l’assemblée  a le dernier mot en cas de désaccord. D’ailleurs seul ¼ des amendements sénatoriaux sont suivis d’effet selon Corinne Bouchoux, sénatrice écologiste du Maine-et-Loire (juin 2014).
Le Sénat ne peut être dissous par le président de la république et rend ses membres plus sereins et donc plus « sages ». De fait, le quinquennat, en bouleversant le calendrier électoral,  rend la dissolution de l’Assemblée nationale compliquée. D’ailleurs nous nous interrogerons dans un autre article sur ce « super pouvoir » de l’exécutif.
 Le Sénat publie chaque année un rapport sur l’application des lois. Outre le fait que la publicité d’un tel rapport reste d’une portée limitée, ce rôle pourrait revenir à l’Assemblée nationale (ou au Conseil Constitutionnel).

Le Sénat représente les collectivités territoriales. La décentralisation a offert aux collectivités territoriales un pouvoir nettement plus efficace.

Le Sénat joue un rôle modérateur lors du processus de réforme constitutionnelle. D’une part le recours au référendum dans ce cadre est insuffisamment utilisé, et d’autre part, la nécessité d’une majorité qualifiée suffit à assurer cette modération.

La haute chambre nuit à l’efficacité législative et est un marigot couteux de 327 millions € par an (charges de fonctionnement et d’investissement hors coût d'entretien des Jardins du Luxembourg et du Musée – source projet de loi de finance 2015)

samedi 25 juillet 2015

Civisme: Exigeons la tolérance zéro contre les fraudeurs dans les transports !

La fraude dans les transports coûtent chaque année 500 millions € par an à la SNCF, alors que plusieurs lignes sont à rénover. C'est aussi une question d'équité à l'égard des usagers qui payent.
C'est aussi un moyen efficace de lutter contre l'insécurité (le modèle New-Yorkais est un modèle à suivre.

Comment ?

En instaurant le port obligatoire de la carte d'identité dans les transports en commun. A défaut, le contrevenant pourra se voir retenu pendant 4 heures pour vérification d'identité et l'amende pourra atteindre 7500 €. Je ne suis pas favorable à une peine de prison, d'autant qu'elle ne sera jamais exécutée en cas de prononciation.

Institutions: L'intervention de l'Etat doit se limiter aux fonctions régaliennes afin de garantir nos libertés et d'assurer notre sécurité.

Ce n'est pas à l'Etat d'aider au financement de projets entrepreneuriaux portés par des jeunes. Le rôle de l'Etat doit se limiter à assurer la liberté d'entreprendre et à encourager, au sein de l'école, les initiatives entrepreneuriales.


Comment ?

1. en simplifiant la procédure de création d'entreprise,
2. en allégeant les charges qui pèsent sur les TPE, les artisans, les commerçants et les professions libérales (les premiers créateurs d'emplois),
3. en veillant au respect des règles de la libre concurrence,
4. en développant les relations entre les entreprises et l'école dès l'entrée au collège (stages encadrés, intervention d'entrepreneurs au sein des établissements scolaires),
5. en enseignant dès la 4ème les notions de base de la gestion d'entreprise.

N'oublions pas.