Banlieues, terrorisme et gauche caviar.

Le gouvernement et la majorité socialiste auront-ils suffisamment de courage et de lucidité pour appliquer les mesures annoncées par le Président de la République au Congrès hier ?

Le chef de l’Etat s’est bien gardé de nous dire ce qu’il allait faire immédiatement. Or il y a urgence ! Toutes les mesures annoncées, aussi souhaitables soient-elles, vont exiger un certain temps avant leurs mises en application.

Aussi étions nous en droit d'attendre un plan de reconquête de certaines banlieues annexées par Daesh via les mosquées qui prêchent un islam radical. Mais ces zones de non droit, foyers de recrutements des candidats au Djihad, où tous les trafics se font dans les cages d'escaliers, n'ont droit qu'au mépris de la gauche caviar qui laisse les habitants de ces cités vivre dans la terreur. 

Car qui croira que l'état d'urgence va permettre aux forces de l'ordre de reprendre le contrôle des cités ? Qui donnera l'ordre à celles-ci d'intervenir ? Le ministre de l'intérieur se verra très certainement démissionner dans les jours qui viennent (afin de servir de fusible). Le premier ministre est sur un siège éjectable (les régionales serviront de détonateur). L'ordre ne viendra certainement pas de la garde des Sceaux, grande prêtresse du laxisme. Et s'il avait du être donné par le président de la République, il y a bien longtemps que ce serait fait.

Commentaires

Articles les plus consultés