lundi 18 avril 2016

"Nuit debout"... ils feraient mieux de s'assoir et de réfléchir dans la journée


Nous assistons dans la rue à la fin des idéologies de gauche. Le dernier sursaut est donné par des mouvements d’extrême gauche, que la bien pensance française appelle « gauche de la gauche », afin de faire oublier que ces mouvements sont antidémocratiques et antirépublicains.

Bien sûr, avec leurs logos « peace and love » autour du cou ou leur « tarpé » à la bouche ils sont bien sympathiques. Mais ils veulent d’une société dont l’histoire a prouvé qu’elle ne marche pas. A voir ces portraits du Che arborés sur les tee-shirts, ils en oublient qu’il est la figure d’une terrible dictature et le gardien d’une prison de détenus politiques.

Pendant que l’on parle de la « nuit debout » ou ne parle pas des vrais problèmes à savoir : le chômage et les entreprises qui font faillites. La « nuit debout » est un bon moyen pour créer la diversion pour un gouvernement à bout de souffle et pour une certaine presse qui s’est complètement plantée en soutenant François Hollande en 2012.

Pourtant les combats ne manquent pas. Je suis un libéral convaincu. Les dernières affaires montrent que le capitalisme économique n’est pas irréprochable. Cette énergie serait mieux dispensée à réguler ce système, le pire qui existe à l’exclusion de tous les autres.

jeudi 14 avril 2016

Vive la Nation !

© Laurent SAILLY pour Méchant Réac ! ®
Dans une brillante tribune parue dans « Valeurs Actuelles », François d’Orcival montre que ce ne sont ni les inégalités, ni la pauvreté, ni les injustices qui nourrissent l’islam radical mais bien l’affaiblissement de notre propre identité collective. L’islam radical ne nous paraît grand que parce que nous sommes à genou.
Il y a cinq ans, le premier ministre britannique David Cameron déclarait avec justesse qu’« au nom du multiculturalisme, nous avons encouragé des cultures différentes à vivre séparées les unes des autres, à côté de notre propre culture. Nous avons même toléré que celles-ci se comportent à l’inverse de nos valeurs. Il est temps de tourner de la page des politiques qui ont échoué ».
Cinq ans se sont écoulés, cinq années de folies meurtrières, cinq années d’inerties politiques et de régression de la Nation. 
Il faut rétablir la Nation dans notre communauté, gage de stabilité entre les peuples et élément fondamental de notre identité. Nous devons nous opposer au communautarisme qui dissout la Nation française. Il faut défendre les valeurs de la République française, défendre notre langue, notre histoire, notre drapeau, notre hymne national.
Nous avons le droit et le devoir de contrôler notre immigration et exiger de ceux qui font le choix de la France d’adhérer à nos valeurs par une démarche sincère et volontaire ou alors il leurs faudra partir. 

mardi 12 avril 2016

La France est elle finie ?

Les parallèles historiques sont toujours dangereux mais sommes nous de retour à la période des derniers rois mérovingiens dit des "rois fainéants" ? Le président de la République est il fait neant (sens originel des rois sus nommés) ?

François Hollande semble incapable de s'opposer aux différents autres pouvoirs et contre pouvoirs, victime de sa propre faiblesse. 

Nicolas Sarkozy apparaîtra, pour les futures générations d'historiens, comme une sorte de Louis le Pieux, dernier empereur carolingien de plein exercice. Dans cette veine, le quinquennat Sarkozy aura été la dernière tentative de gouvernement politique de la France.

 L’état général du pays laisse pantois: un pouvoir politique qui ne sait plus où il en est, l’absence d’alternative politique crédible, une économie qui se vide de sa substance, une fragmentation de la société sans précédent, l’effondrement du niveau intellectuel, l'emprise croissante des extrémismes.

 La France est elle foutue ? Aucune nation n’est éternelle, les regimes politiques ont une place limitée dans la chronologie de l’humanité. Faut il passer à aurez chose ? La réforme des régions de 2015 pourrait entraîner le pays vers un système fédéral ou confédéral où le pouvoir serait plus proche des citoyens. Ou le pays sera t'il livré à l'anarchie et à la guerre civile ? Quid de l'Europe  ? Si un "frexit" semble à écarter, la crise économique qui dure, la menace terroriste, les flux migratoires ont montré les limites des décisions collégiales.

Dans une période où nous célébrons les cent ans de la première guerre mondiale,  l'avenir ne porte guère à l'enthousiasme et le sacrifice de nos arrière-grands-parents en 1914 aura été vain.

dimanche 10 avril 2016

Où est le président de la République ?


Depuis l’échec de sa réforme constitutionnelle concernant la déchéance de nationalité pour les auteurs d’actes de terrorisme, le président Hollande est étrangement silencieux. Ni les avancées dans l’enquête sur les attentats de Bruxelles et de Paris, ni les violents dérapages des manifestations contre la « loi Travail », ni le « Panama papers » ne semblent pouvoir le libérer de son mutisme.

Le président de la République est-il au bord du burn-out ou croit-il que le silence est la meilleure stratégie à appliquer pour se positionner en sauveur en 2017 ?

Dans les deux cas, François Hollande fait perdre de précieux mois à la France, par faiblesse ou par machiavélisme. La période pré-électorale qui vient n’arrangera rien.

Il faut un grand projet à la France pour lui donner courage et espoir. L’établissement d’une nouvelle constitution peut offrir ce renouvellement de la politique attendue par une grande majorité. S’il veut sauver son quinquennat, François Hollande doit réunir une Assemblée constituante pour en finir avec un régime et une classe politique moribonds.

mercredi 6 avril 2016

Je ne veux pas que ma femme sorte voilée


Le voile, peu importe la religion, a une connotation de soumission à l’homme. Les marques de modes qui lancent une ligne de vêtement islamique sont irresponsables. Il ne faut pas oublier que, si les religions monothéistes ont imposé le port du voile aux femmes, c’est pour permettre aux hommes de réguler les pulsions qu’engendrent la vue d’une chevelure féminine ! Interdisons la mini-jupe et que dire de la mode topless sur la plage alors ! Ma mère n’a pas brûlé son soutien-gorge en 1968 pour que ma fille revienne aux corsets de mon arrière-grand-mère.

Le voile islamique, car c’est de lui plus précisément dont il est question, est la marque de l’enfermement du corps de la femme. Il ne faut pas banaliser ce vêtement en en faisant une mode qui nous rendrait complice d’une dictature.

Comme l’a appelé Elisabeth Badinter, il faut boycotter ces marques. J’irai même plus loin en demandant l’interdiction du voile purement et simplement, même pour des raisons exclusivement religieuses. L’excision et la polygamie peuvent trouver des motivations religieuses. Ces pratiques sont pourtant interdites. Dieu merci !

Il y a vingt-cinq ans, l’absence de courage de la classe politique, et plus spécialement la majorité socialiste de l’époque, n’a pas su réglementer le port du voile à l’école. Au nom de la liberté religieuse, on a lâchement abandonné la laïcité. La conséquence de cette lâcheté trouve son expression dans les revendications communautaristes et le repli identitaire.

L’invention du racisme anti-musulman par une minorité bobo-gaucho-débilo-islamiste et du délit qui va avec, l’islamophobie, ont provoqué le recul de la République dans bien des domaines. Je réclame l’application des lois républicaines par tout, pour tous et surtout pour toutes. Nous assistons au retour de l’obscurantisme religieux. Tant pis si je finis sur le bucher pour délit islamophobe, condamné par un tribunal religieux, parce que j’aurai dit la vérité et défendu la liberté.

mardi 5 avril 2016

Le jeune et le chauffeur de taxi

Le jeune et le chauffeur de taxi aiment l'économie administrée, l'assistanat et l'égalitarisme. Le jeune et le chauffeur de taxi détestent le capitalisme, la libre entreprise et la méritocratie.

Qu'est-ce qui menace le plus les jeunes aujourd'hui ? Le chômage.
D'ailleurs à écouter les slogans des manifestants, la solution n'est pas compliquée: "Du travail pour tous !" Fallait y penser. Il n'y a qu'à donner du travail à ceux qui n'en ont pas et il n'y aura plus de chomeurs.

Qu'est-ce qui menace le plus les chauffeurs de taxi aujourd'hui ? La concurrence.
Là aussi, la solution est simple. Il n'y a qu'à priver de leur emploi les chauffeurs de VTC et il y aura plus de courses pour les chauffeurs de taxi.

On se retrouve dans un système identique sauf que c'est exactement l'inverse.

Selon les dernières études statistiques, une grande majorité de la jeunesse ne veut pas consacrer sa vie au travail. Et pour avoir à faire régulièrement aux chauffeurs de taxi, une grande majorité d'entre eux ne veut pas des courses que prennent les chauffeurs de VTC.

Tous au chomage mais tous égaux semblent revendiquer les jeunes de la place de la République. Les chauffeurs de taxi revendiquent quant à eux tous assistés via leur monopole.

Qu'allons nous dire à tous ces chauffeurs de VTC qui ont créé leur entreprise ? Qu'ils sont au chomage ? La plupart des chauffeurs de VTC sont des jeunes...

lundi 4 avril 2016

A côté de la plaque !

"Sinistrée", "en état d'urgence absolue": le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, décrit dans un entretien au Journal du Dimanche une justice "à bout de souffle", avec un ministère qui "n'a plus les moyens de payer ses factures".
Patrick Kanner, ministre des sports, avait avant lui lancé aussi sa  petite phrase qui n'en fini pas de rebondir selon laquelle : « Il y a aujourd’hui, on le sait, une centaine de quartiers en France qui présentent des similitudes potentielles avec ce qui s’est passé à Molenbeek ». 
Manuel Valls, de son côté, annonce gravement à chacune de ses interventions que "la menace terroriste est à un niveau sans précédent."
Et en début d'année, par la voix de Stéphane Le Foll le gouvernement décrétait ses trois priorités 2016: la lutte contre le terrorisme, le chômage et l'investissement.

Or nous avons à la tête de l'Etat, non pas un gouvernement mais un groupe de blogueurs qui feraient mieux de s'occuper de leur ministère que de passer leurs journées à tweeter. La différence entre un blogueur et un ministre, c'est que le blogueur ne fait que  dénoncer ou alerter, alors que le ministre a le pouvoir et le devoir de faire.

A entendre les différentes déclarations, on oublierai presque que François Hollande est à l'Elysée depuis quatre ans ! L'incompétence du président de la République n'était plus à démontrer. Il aura fallu attendre quatre ans pour prouver qu'il se foutait du monde.

Qu'il faille s'occuper des banlieues, lutter contre le terrorisme, résoudre le chômage, favoriser l'investissement et améliorer les conditions d'application de la justice me semblaient être les priorités des années précédentes. Il est bien tard pour dresser un diagnostique. Les équipes gouvernementales qui se succèdent depuis 2012 auront été en dessous de tout. Ceci explique certainement cela...

samedi 2 avril 2016

Plus de Patrie, plus de Nation, plus de Pays.

L’assimilation est le processus de transformation culturelle que subissent les groupes sociaux minoritaires, au contact du groupe majoritaire. Le sens que prend globalement le terme aujourd’hui est l’adoption progressive par les individus d’un groupe minoritaire des traits culturels du groupe majoritaire qui les « accueille » jusqu’à la progressive disparition de tous traits culturels initiaux.


Mais nos islamo-gaucho-bobos veulent une nouvelle société où l’immigré aura les mêmes droits que l’autochtone qui, lui, devra s’adapter aux particularismes, sociaux et culturels, de tout nouvel arrivant. Sinon, attention, il y aura discrimination, voire racisme ! Nos petits français en devenir, d’origines diverses, n’apprendront plus l’histoire de France mais une histoire réadaptée à leurs tempos. Plus question d’héritage collectif, un simple socle commun à minima, suffira. On aura alors des citoyens n’ayant aucun sens patriotique. L’ex-ministre de l’Intérieur, Manuel Valls avait d’ailleurs supprimé le terme d’intégration par décret du 12 juillet 2013 en vue de la réorganisation de la gestion des flux migratoires. Et le terme de Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration a été remplacé par la « Direction des étrangers en France ». Nos internationalistes de tous poils en avaient rêvé …


Que toutes les cultures puissent être intéressantes c’est incontestable, mais la culture étant l’élément fondateur d’une nation, d’une civilisation, il est dangereux de faire côtoyer en apprentissage plusieurs cultures sur un même territoire. Le multiculturalisme est un leurre car l’histoire est là pour nous le rappeler : à chaque fois qu’un peuple accueilli était suffisant en nombre, il imposait sa culture. Et si, en plus, le pays d’accueil ne protège pas et ne valorise pas sa propre culture, c’est autant de signaux envoyés pour que les derniers arrivants puissent penser qu’ils ont le droit d’exiger l’application, dans tout l’espace public, de leurs coutumes, leurs mœurs, leurs cultures, pour au final provoquer la chute de la Nation.


La spécificité de la France, contrairement à la tradition des pays anglo-saxon, a toujours été d’être assimilatrice et jusqu’à ce jour personne ne peut s’en plaindre : cela nous a évité bien des tensions communautaires et a plutôt bien marché pour l’intégration républicaine … tant que nous n’avions pas baissé la garde. La diversité peut être enrichissante tant que le pays d’accueil garde sa culture historique, conceptrice de la Nation et si cette culture demeure coutumière et valorisante.


« Une culture ne meurt que de sa propre faiblesse » disait André Malraux.

N'oublions pas.