France Télévision et le C.S.A., les hontes de la République !

Le président Macron serait l’auteur de cette déclaration… démentie par ses proches… à l’adresse de France Télévision… Pourtant, cela ressemble à du Macron. C’est en tout cas un constat que je partage avec l’auteur « anonyme » et que j’étends au C.S.A.

Car ils ne sont pas trop de deux pour étouffer France Télévision et la télévision française dans son ensemble.
Les directions de ses deux organes ont été mis en place par l’ancien pouvoir socialiste.  France Télévision, sous la présidence désastreuse de Delphine Ernotte s’est vue assigner le double objectif de rééduquer les téléspectateurs et d’épurer l’audiovisuel public. Le C.S.A., dirigé par Olivier Schrameck, est en charge de museler l’audiovisuel privé. Leur mission commune ? Conduire les foules incultes et inconsciences vers la vérité. Ça sent bon le communisme.

Le résultat est là. Jamais depuis la dissolution de l’ORTF et la disparition du ministère de l’information, la parole n’avait été contrainte. Tous les humoristes le manifestent… discrètement pour ne pas eux-mêmes être censurés. Le licenciement du présentateur du jeu « Les Amours », Tex, en est la plus récente preuve. On ne reviendra pas sur sa blague (sexiste mais surtout pas drôle), mais, à part Anne Roumanof, ce n’est pas le courage qui étouffe nos humoristes favoris (où sont les successeurs de Coluche, Le Luron, Desproges).
Dès la création de ce blog en 2015, je déplorais la nomination de Delphine Ernotte. Certes, on féminisait la fonction (il était temps) et on rajeunissait les cadres. Nommée par le C.S.A., on pouvait s’attendre à une présidence indépendante du pouvoir socialiste en place. Bien qu’elle ne connaisse rie n à l’audiovisuel.

Indépendante ? Delphine Ernotte est l’amie de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale au moment de sa nomination, et proche de Fleur Pellerin, ministre de la culture, toutes deux nommées par le président de la République, le socialiste François Hollande. Bien sûr, depuis 2013, le président de France Télévision est désigné par le C.S.A., le gendarme indépendant de la télévision et de la radio française. Indépendance qui ne peut être remise en cause, même si le président du C.S.A. en fonction, Olivier Schrameck, a été nommé par François Hollande et est réputé proche de Lionel Jospin (ex-premier ministre socialiste). C.S.A. indépendant même si deux des membres doivent leur place à Olivier Schrameck (Nathalie Sonnac et Nicolas Curien) et qu’un troisième membre doit sa nomination à Jean-Pierre Bel (ex-président socialiste du Sénat).
Rien qui ne peut attirer la suspicion

Le racisme anti-blanc, anti-vieux, anti-homme de Delphine Ernotte n’est pour rien dans ses décisions d’écarter Julien Lepers (trop blanc, trop macho, top vieux), Georges Pernoud (trop « marin »), Philippe Verdier (trop climato-sceptique) et Pascal Golomer, directeur de l’information (« trop » ou « pas assez »). Que voulez-vous, « il y a beaucoup trop d’hommes blancs de plus de cinquante ans à France Télévision » déclarera-t-elle. Reste en fonction Drucker (trop influent), Sébastien (trop grande gueule), Delahousse (trop gendre idéal), Nagui (assez arabe), Ruquier (assez homosexuel), Davant (assez femme). Dans la même lignée, Delphine Ernotte s’adjoint un collaborateur, Stéphane Sitbon-Gomez (ancien directeur de Cabinet de Cécile Duflot et ex-directeur de la candidate écologiste Eva Joly, il est assez vert pour faire oublier qu’il est trop blanc). De même, son directeur de l’information, Michel Field, nommé pendant la campagne électorale pour les régionales de 2015 (ancien de la ligue communiste révolutionnaire, « assez rouge »).
Le C.S.A. assure le service à l’encontre de l’audiovisuel privé. Et il la fait bien. Les débordements de Cyril Hanouna semblent poser plus de problèmes depuis que celui-ci exerce sur une chaîne privée, propriété de Vincent Bolloré, proche de Nicolas Sarkozy et ennemi juré d’Olivier Schrameck. La direction de France Télévision profitera du dérapage de Tex sur cette même chaîne pour le virer sans ménagement. La haute autorité est moins regardant sur les blagues de mauvais goût de Laurent Ruquier (notamment lorsqu’il invite Donald Trump à faire un tour en décapotable à Dallas), sur les connotations manifestement sexistes des clips-vidéos des rappeurs, ou encore pour réprimer les « vomissements intellectuels » de Christine Angot.

France Télévision (spectateurs comme salariés) souffre de l’incompétence de leurs dirigeants. Il est temps de réformer France Télévision et de se séparer de ces haut-fonctionnaires trop couteux. La République, bonne fille, saura toujours exploiter leur incompétence… au C.S.A. par exemple.

2017© Laurent SAILLY pour Méchant Réac ! ® 

Commentaires