Projet de loi "Asile et Immigration" : les 2 questions que tout le monde se posent !


« Petite » pour la droite, « inhumaine » pour la gauche : la loi asile et immigration fait l’objet depuis lundi d’échanges virulents à l’Assemblée nationale. Loin de ses échanges dans l’hémicycle, chez Méchant réac ! ® nous aimerions que le gouvernement et la représentation nationale répondent aux deux questions suivantes :

L’allongement du délai légal de rétention administrative de  45 à 90 jours n’est-il pas un gadget ? En Allemagne par exemple, la durée de rétention administrative des demandeurs d'asile va jusqu'à 18 mois et elle est illimitée en Grande-Bretagne ou aux Pays-bas. Avec les trois mois proposés par le gouvernement dans la loi, on est très en deçà. Et ce d'autant plus que, dans le cadre de la prolongation du délai de rétention administrative, l'article 16 de la loi organise une navette entre le juge administratif et le juge des libertés et de la détention qui va poser des difficultés pratiques compte tenu de la complexité des procédures et des motivations demandées pour justifier les décisions.

Les O.Q.T.F. (Obligations de quitter le territoire français) seront-elles enfin respectées ? « Nous reconduisons beaucoup trop peu », avait affirmé Emmanuel Macron début septembre, en promettant des dispositions dans le projet de loi « pour permettre d'améliorer les retours vers les pays d'origine » comme le font « nos voisins, en particulier l'Allemagne ». Rappelons que l'immense majorité des obligations de quitter le territoire signifiées à des étrangers ne sont pas exécutées. En 2017, seuls 13.000 étrangers ont fait l'objet d'un éloignement forcé, un chiffre à mettre en rapport, avec les 91.000 personnes en situation irrégulière avaient été interpellées. Quand la France exécute 26.000 O.Q.T.F. en un an et s'en félicite, l'Allemagne en a exécuté 300.000 en deux ans. Plus de 400 par jour contre 71…

Cela doit donner à réfléchir !

Commentaires