Goldnadel : “Le monde effrayant de madame Schiappa”

Il y a peu de doute que Marlène Schiappa présente quelque utilité pour notre président hybride. Plutôt à droite en matière économique, il se veut être, sans forcer au demeurant sa conception existentielle, bien à gauche en matière sociétale pour ne pas définitivement froisser sa clientèle électorale. De même qu’une Taubira faisait excuser un  Valls à l'Intérieur, Schiappa, pour les faibles femmes fera excuser les faiblesses gouvernementales pour les hommes puissants. Sauf que Marlène Schiappa n'a ni le talent ni la verve de Christiane Taubira. Elle a la bourde facile et la parole approximative. Le monde qu'elle nous prépare ressemble à un cauchemar.
Elle qui avait inauguré le mouvement “name and shame” histoire de singer les féministes américaines ne peut que regarder avec les yeux de Chimène la délation qui vient pour dénoncer le porcin. Mais pas tous les cochons. Marlène a ses porcs saints. Libre aux anonymes et aux pseudonymes de dénoncer nominalement et sans preuves des pères de famille et des hommes mariés sur la toile d'araignée. Comme s'il n'existait pas à côté des vraies victimes, des menteuses, des affabulatrices, des maîtresses vengeresses ou des maîtresses chanteuses. Mais de la même manière que la féministe insoumise Autain défend la réputation des cafés de Trappes, Madame Schiappa , sélective,-qui n'a jamais vu un antisémite dans les quartiers- n'a jamais non plus vu de violences sexistes du côté de la Chapelle. Avec le même esprit d'équité, la Secrétaire censée faire respecter entre hommes et femmes l'idée d'égalité est en train de fourbir de nouveaux instruments pour traquer le harcèlement. Il ne lui vient pourtant jamais à l’esprit qu'il existe aussi des hommes harcelés.
Les exemples qu'elle prend pour exiger la judiciarisation nous préparent de sombres rapports entre les hommes et les femmes. Ainsi sera désormais proscrit de demander par deux fois son numéro de téléphone à une seule femme. Pas question non plus pour un homme de garder les jambes écartées dans le métropolitain, mais la loi restera muette concernant celles des dames. Le monde de Schiappa n'est pas un monde très  humain. C'est un monde très bête.

www.valeursactuelles.com

Commentaires