Le racisme décomplexé de cette nouvelle extrême-droite qu'est devenue la gauche obscurantiste et radicale ne cesse de s'étendre et de faire des ravages par Céline PINA

VIV(R)E LA REPUBLIQUE.

Le racisme décomplexé de cette nouvelle extrême-droite qu'est devenue la gauche obscurantiste et radicale ne cesse de s'étendre et de faire des ravages.

Ici c'est Sud Education 93 qui trie les participants en fonction de leur couleur de peau et organise des réunions non mixtes où votre droit à y assister est déterminé par la "race" à laquelle vous appartenez.
Pour faire simple : vous êtes blanc, donc vous êtes un méchant dominateur à rééduquer. Vous n'êtes pas blancs, vous êtes une victime qui doit apprendre à reconnaître son oppression. Bien sûr cette dichotomie s'agit sur la représentation des élèves : les blancs sont du côté du mal, héritiers des bourreaux, les autres sont des victimes. On ne dira jamais assez la pauvreté, la bêtise et surtout le danger de ses grilles d'analyse, mais surtout ces gens sont les représentants des enseignants. Enseignants eux-mêmes. Et ils sont en présence de nos enfants. Personnellement cela m'inquiète.
Il y a même une formatrice de l'ESPE, organisme de formation des professeurs, qui accepte d'intervenir dans un colloque raciste et séparatiste sans se poser de questions. À tout le moins cette dame ne devrait pas poursuivre ses activités car ce qu'elle vient de commettre est une faute lourde.
Alors bien sûr, on retrouve ici la fine fleur des Indigènes de la République, et leurs alliés et comparses islamistes, obédience frères musulmans. Côté Indigènes de la République l'habituelle militante qui se fait passer pour sociologue, Nacira Guenif, flanquée de Wiam Berhouma et côté islamistes, Marwan Muhammad, ancien directeur du CCIF et Marwan Mohamed, autre sociologue en peau de lapin.

Jean-Michel Blanquer, un des rares ministres capable de voir ce qu'il y a à voir (cela change d'un Collomb qui met 8 mois à se rendre compte qu'il y a des prières de rue à Clichy pour mieux donner quitus aux provocateurs) a réagi tout de suite et s'indigne de cette formation choquante. Espérons que cela se traduise en acte et que notamment la formatrice ESPE, ne puisse pas continuer à être mise en contact avec de futurs enseignants. Là il peut agir.

Mais déjà cette dénonciation et cette prise de responsabilité inhabituelle fait du bien. Maintenant, il y a encore plus inquiétant : derrière cette proposition abjecte de formation syndicale on peut mesurer le niveau de l'emprise et du noyautage indigéniste et islamiste de certains syndicats.
Or ces syndicats pour lesquels la quasi totalité des enseignants ne votent pas, ne sont pas représentatifs mais sont les interlocuteurs du pouvoir, ceux qui sont censés porter les revendications de la profession. Ils ont un pouvoir réel. S'ils noyautent aussi la formation des professeurs, nous sommes très mal.

Cette histoire est très inquiétante et au-delà de cette première réaction très juste du Ministre, il va falloir faire un véritable ménage dans l'éducation nationale. Espérons que les profs, qui dans leur immense majorité ne partagent pas ces délires séparatistes, racistes et victimaires s'expriment sur les dérives de ceux qui se présentent comme leurs représentants.