Des saines vertus du cambronnisme tranquille

Pour ceux qui s'interrogent encore sur les causes de la baisse du niveau éducatif français, les dernières fantaisies des enseignants de Langon en Gironde pourraient être de nature à les orienter utilement. À douze jours de la fête de la Nativité, un groupe de 83 écoliers encadrés par leurs instituteurs assistaient à la représentation cinématographique d'un dessin animé américain intitulé « L'étoile de Noël ». Mais au beau milieu du film, horreur laïque et damnation athée, voilà que les enseignants décident d'évacuer séance tenante la salle obscurantiste. Les professeurs viennent de découvrir atterrés que le film animalier projeté traitait de manière imagée et colorée de l'histoire de la Nativité.


Il faut reconnaître, à décharge, qu'un film dont le titre annoncé est « L'étoile de Noël » ne pouvait laisser présumer au premier convenu qu'il traiterait de la naissance du petit Jésus. Il fallait donc sans délai évacuer les enfants, les sauver au plus vite d'une telle obscénité attentatoire à la sainte et sacrée neutralité. Mieux valait d'évidence les laisser dans l'ennui, l'ignorance et le désœuvrement plutôt que de poursuivre plus avant le spectacle dégoûtant. Un peu comme si j'étais allé voir avec mes enfants « la grosse Monique pique et nique avec ses deux Robert » et que je découvrais soudainement effaré, qu'il était du genre polisson. J'aurais évidemment exfiltré mes garnements avant que de chapitrer sévèrement le pornographe exploitant. Encore que l'atteinte à la laïcité soit plus grave et dangereuse que la lubricité.


Dans un domaine idéologique assez voisin, le dadaïsme de l'époque a également frappé. Le footballeur Antoine Griezmann a en effet fait l'objet, à son tour, d'un lynchage hystérique électronique pour avoir voulu rendre hommage aux basketteurs américains des Harlem Globetrotters en se maquillant en noir. L'inconscient ! Le voilà de toute part taxé de racisme anti-noir. Le journal Le Monde croit devoir expliquer sans rire qu'aux États-Unis, qu'un blanc se déguise en noir est considéré comme offensant. Apparemment, le contraire ne le serait pas. Qu'Antoine Griezmann n'habite pas les USA semble en la circonstance indifférent. À Rome, fais comme les Romains, mais désormais à Paris, fais comme les Américains. Le plus triste dans la circonstance, c'est que le jeune joueur de ballon rond, sans doute peu coutumier des sifflets arbitraires, se soit senti dans l'obligation de demander pardon pour obtenir l'absolution planétaire.


En cette période propice aux vœux, je souhaite ardemment qu'arrive le moment où un sportif blanc n’estimera plus nécessaire de devoir s'excuser d'avoir témoigné de son admiration pour des sportifs noirs jusqu'à vouloir leur ressembler. Le mieux, pour tout dire, serait de ne plus rien dire ou de pratiquer ce que j'appelle le cambronnisme. Pas besoin d'un grand discours ou de petits dessins. Et vous verrez qu'avec cinq lettres et un éclat de rire moqueur, les emmerdeurs, les imposteurs et les faux saints fourbiront moins de noirs desseins.

Gilles-William Goldnadel

http://www.valeursactuelles.com/societe/des-saines-vertus-du-cambronnisme-tranquille-91955

Commentaires