"Pour une nouvelle Droite" par Jean-Paul Garraud

Sénatoriales :
la République de Macron n'est plus en marche.
Elle ne l'a d'ailleurs jamais été.
Profitant d'un contexte exceptionnel et d'un ras-le-bol généralisé des Français envers le système politique, LREM a fait croire au grand changement, au renouveau, du moins à une minorité d'électeurs qui ont finalement donné tous les pouvoirs à des incompétents et des opportunistes sans colonne vertébrale.
Depuis, nous avons assisté au délitement de notre pauvre République.
Le grotesque se dispute au ridicule.
J'en suis tellement consterné que je ne me suis pas manifesté pendant un bon moment.
Si les élections sénatoriales commencent à faire résonner le glas pour cette République de façade, il ne faut pas pour autant croire que les LR se dirigent vers des lendemains qui chantent.
Profondément divisés, écartelés entre des courants inconciliables, déstabilisés par les trahisons de petits chefs, ils s'agitent entre eux dans un bocal qui se réduit de jour en jour.
On est loin de sentir un nouveau souffle, un engouement.
Le sursaut dans ces conditions est mission quasi impossible quelles que soient les qualités de son futur président.
Et personne n'est capable par ailleurs de clouer le bec à cette autre République "insoumise", révolutionnaire, qui surfe sur nos faiblesses et qui  rêve d'immigration massive et du grand soir.
Le chambardement qui se prépare ne doit pas faire les affaires de ces marxistes, ce serait un danger mortel.
La droite doit s'organiser, se réorganiser.
Déborder tous les clivages et les clichés.
En finir avec les schémas dans lesquels on s'est enfermé.
Se libérer des discours convenus, de la bien-pensance, de tous ces boulets que l'on traîne et qui nous entraînent encore vers le désastre.
C'est d'une totale remise en cause qu'il s'agit.
C'est une nouvelle histoire à écrire.
Une nouvelle droite.Ok

Commentaires